Analyse des données de l’Enquête Sanito-nutritionnelle de décembre 2005

Le Burkina Faso est un pays en développement, présentant des indicateurs sanitaires et sociaux peu favorables. La mortalité infanto-juvénile atteint 184%o. La malnutrition demeure un problème important de santé publique au Burkina Faso, d’après les résultats des dernières Enquêtes Démographiques et de Santé.
Dans le cadre du Suivi et d’Alerte Précoce (SAP), la Direction des Préventions et d’Alerte Précoce (DPAP), avec l’appui du projet PAMIR (développement durable et lutte contre la pauvreté en milieu rural – composante sécurité alimentaire) financé par le Ministère des Affaires Étrangères (MAE) français, a initié un recueil de données sanitaires et nutritionnelles intégré au sein de l’Enquête Permanente Agricole (EPA) depuis l’année 2004.
Le présent document présente les résultats de l’analyse des données de l’Enquête Sanito-nutritionnelle diligentée en décembre 2005. Il fait un rappel sur les données des Enquêtes Sanito-nutritionnelles de juillet 2004, novembre 2004 et août 2005 et montre les tendances évolutives de la malnutrition.
L’état nutritionnel est évalué grâce à la mesure du périmètre brachial. Cette mesure a été rapportée à la population de référence et exprimée sous forme de z-score périmètre brachial pour âge. La malnutrition a été définie comme un z-score périmètre brachial pour âge < -2.
La prévalence de la malnutrition est de 22,5%. Les facteurs de malnutrition sont l’âge de 12-23 mois, le sexe masculin, le niveau de vie bas du ménage, et la morbidité des deux dernières semaines. Le taux de couverture des besoins alimentaires n’est pas un bon prédicteur de la malnutrition. Comparée à l’année 2004, la prévalence de la malnutrition baisse de 4-5% suivant la période de l’enquête.
La qualité de l’information nutritionnelle basée sur la mesure du périmètre brachial, s’améliore entre juillet 2004 et août 2005. Cette amélioration est attribuable au renforcement des capacités des enquêteurs de terrain. Ceci indique que sous certaines conditions il est possible d’obtenir à l’échelle nationale des données nutritionnelles, simples à mesurer, et de bonne qualité.
En vue de tester la capacité de prédiction de l’indice basé sur le périmètre brachial, il conviendrait de le combiner avec des mesures du poids et de la taille, ainsi qu’avec une mesure de la diversité alimentaire, et de faire les comparaisons entre ces différentes mesures. Un dispositif de suivi de la situation nutritionnelle pourrait être institué, basé sur la mesure du périmètre brachial, avec un seuil d’alerte défini à partir des comparaisons avec les mesures du poids et de la taille.

titre documents joints