Première session de l’année 2012 du Comité de Prévision de la Situation Alimentaire (CPSA)

L’objectif de cette session du Comité de Prévision était d’évaluer de manière participative la situation alimentaire et nutritionnelle courante et les perspectives alimentaires du pays à travers :

- l’élaboration participative des différents agrégats définitifs (bilans céréalier et alimentaire définitifs, taux de couverture définitifs des besoins céréaliers régionaux et provinciaux) caractérisant les perspectives alimentaires du pays ;

- l’analyse de la situation alimentaire et nutritionnelle courante et les perspectives ;

- l’actualisation de l’état des lieux des différentes opérations en cours ;

- la formulation de recommandations à l’endroit des décideurs en vue d’une meilleure gestion de la situation alimentaire du pays.

 

Les travaux se sont déroulés en plénière par la présentation de dix (10) exposés, suivie d’échanges.

1. Le premier exposé a été fait par Monsieur Léopold NANEMA de la DGPER qui a partagé avec les participants la synthèse de la dernière mission conjointe de suivi et d’évaluation de la situation alimentaire et nutritionnelle courante des ménages. Cette mission qui s’est déroulée du 05 au 12 février 2012 a couvert les treize (13) régions du pays.

2. Le deuxième exposé fait par Madame Bénédicte PEMOU de la Société Nationale de Gestion des Stocks de Sécurité(SONAGESS) a présenté l’évolution des prix des denrées alimentaires, les perspectives d’approvisionnement et les prévisions de l’évolution des prix. 

3. Monsieur SANOU Inoncent de la Direction Générale des Prévisions et des Statistiques de l’Elevage (DGPSE) a présenté l’évolution des prix des animaux et les termes de l’échange bétail/céréales. Il ressort de cette présentation que les termes de l’échange bouc/mais se sont détériorés. 

4. L’exposé suivant a été fait par Monsieur Prosper SAWADOGO de la Direction de la Nutrition. Il a présenté les résultats provisoires de l’enquête nutritionnelle SMART conduite par la Direction de la Nutrition en août-septembre 2011 sur toute l’étendue du territoire. Cette présentation a dégagé les tendances observées en matière de malnutrition aigüe, malnutrition chronique et d’insuffisance pondérale. 

5.  Le cinquième exposé a été fait par Madame Caroline DOUANIO de la SONAGESS sur l’opération de collecte de céréales dans les zones excédentaires. Il ressort de l’exposé qu’à la date d’aujourd’hui, la quantité de céréales collectées par les agents de la SONAGESS est estimée à près de 4 500 tonnes et 6 000 tonnes sont attendues des structures décentralisées, tandis que dans le cadre de l’opération vie chère, près de 4 200 tonnes de riz local et 1 205 tonnes de riz KR, ont été vendus. L’exposé fait ressortir également que la première phase de l’opération de vente des céréales à prix social vient de s’achever et a concerné les régions du Sahel et du Nord qui ont bénéficié de 1 315 tonnes. La deuxième phase est en cours de mise en oeuvre.

 

6. L’exposé sur les résultats définitifs de la campagne agricole 2011/2012 a été présenté par Monsieur Oumarou SONGRE de la DGPER ; il a fait ressortir une production céréalière définitive évaluée à 3 666 405 tonnes. Cette production est en baisse de 19,61 % par rapport à la campagne agricole antérieure 2010/2011 et de 5,09 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Quant aux cultures de rente, la production définitive est évaluée à 814 194 tonnes ; elle est également en baisse de 17,16 % par rapport à la campagne passée et de 12,80% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Pour les autres cultures vivrières, la production est de 729 557 tonnes soit une baisse de 16,69 % par rapport à la précédente et une hausse de 14,13 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. 

7. Monsieur Sitégné HIEN de la DGPER a exposé sur les méthodologies afin de permettre une élaboration participative des principaux agrégats. 

8.  Le bilan céréalier définitif a été présenté par Monsieur Mohamed BARGO et Monsieur Morou BOUDA de la DGPER a exposé sur les taux de couverture des besoins céréaliers provinciaux .Pour les couvertures des besoins céréaliers par province, la situation est la suivante :

o 17 provinces sont déficitaires avec un taux de couverture inferieur à 90%.

o 13 provinces  sont en situation d’équilibre avec un taux de couverture compris entre 90 et 120%. 

o 15 sont excédentaires avec un taux de couverture dépassant les 120%.

L’exposé sur le bilan alimentaire définitif 2012 indique que les besoins en produits végétaux sont couverts à 135,4% et ceux en produits animaux à 175,8%. L’analyse révèle qu’au cours de cette même période, les besoins en fruits, en légumineuses, en sucre, en céréales, en tubercules, en oléagineux, en viande et en poisson sont couverts.

9. Le neuvième exposé a été présenté par Monsieur Sitégné HIEN et a porté sur les résultats de l’analyse de l’économie des ménages (HEA). En se fondant sur trois (3) scenarii et en se basant sur les données officielles de prix des céréales et du bétail, de la production agricole et de l’inflation disponibles, l’analyse de l’économie des ménages a donné les résultats suivants :


-  Pour le 1er Scenario qui couvre la période de janvier à mars 2012, dix (10) provinces auraient un déficit de survie et 16 provinces un déficit de protection de moyens d’existence. La population vulnérable est de 994 939 personnes avec 513 142 de très pauvres et 481 797 de pauvres. Les besoins sont estimés à 30 910 tonnes pour un montant de 6 445 299 000 FCFA.

-  Pour le 2ème Scenario couvrant la période d’Avril à Juin, 20 provinces seraient en déficit de survie et 27 provinces en déficit de protections de moyens d’existence. La population vulnérable serait de 2 065 738 dont 1 008 975 de très pauvres et 1 056 763 de pauvres, les besoins seraient estimés à 63 787 Tonnes soit un montant de 13 899 434 000 FCFA.


-  Pour le 3ème Scénario qui couvre la période de Juillet à Septembre, 26 provinces seraient en déficit de survie et 32 provinces en déficit de protection des moyens d’existence. 198 communes à risques ont été identifiées. La population vulnérable est de 2 850 280 dont les très pauvres sont de 1 359 036 et les pauvres de 1 491 245. Les besoins seraient estimés à 118 508 Tonnes soit un montant de 35 194 406 000 FCFA.

10. Le dernier exposé présenté par Monsieur OUEDRAOGO Barou Oumar du SE-CNSA a porté sur le Plan Opérationnel actualisé. L’actualisation a pris en compte les résultats de la dernière mission conjointe de février 2012 et les résultats de l’enquête sur l’économie des ménages. Le coût total actualisé du plan de réponse s’élève à 103 930 067 350 FCFA. L’Etat et certains partenaires ont déjà mobilisé plus de 18 milliards FCFA représentant 18 % du budget. Il en résulte un besoin de financement total de 85 516 593 494 de francs CFA, soit environ 130 millions d’Euros, correspondant à 82 % du coût total du plan de soutien aux populations vulnérables.


Au terme des travaux, les participants ont formulé les recommandations suivantes :


A cout terme

 Ministère de l’Agriculture et de l’Hydraulique



- Poursuivre la veille de suivi (situation alimentaire, prix sur les marches…) dans les zones à risques (rurales et urbaines) et les concertations locales utiles à la mise en place de cette veille ;

- Rendre opérationnel le Comité Régional de suivi de la Sécurité Alimentaire en mettant à sa disposition un budget de fonctionnement ;

- Poursuivre les activités de vente à prix social et des boutiques témoin ;

- Renforcer les activités de plaidoyer, d’information et de communication sur l’évolution de la situation et la réponse en cours ;

- Assurer le fonctionnement des structures de coordination et de suivi pour faciliter et optimiser la coordination de la réponse en cours et à venir ;

- Réactualiser le plan de réponse et suivi des activités de préparation à la réponse (opération Bondofa, transfert de céréales).


Ministère des Ressources Animales



- Poursuivre les efforts de diagnostique biologique pour situer sur la nature de la maladie asine ;

- Soutenir la campagne de vaccination contre la PPCB en rendant disponible les vaccins dans les services vétérinaires ;

- Procéder à une vaccination systématique des animaux des refugiés maliens localisés au niveau des frontières ;

- Organiser la mise à disposition des SPAI, fourrage et de l’eau sur certaines zones à haut risque ;

- Appuyer la mise en place de dispositif de réponse et de suivi aux point de concentration stratégiques ;

- Promouvoir le dialogue entre les pays pour réglementer et mettre en pratique les textes portant sur la transhumance transfrontalière afin de sécuriser le bétail.


 Ministère de la Santé



- Rendre disponible dans toutes les régions les intrants de prise en charge des malnutris ;

- Tenir compte des périodes de pics de malnutrition aiguë pour anticiper les actions permettant de juguler les effets.


 Ministère de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale



- Assurer et appuyer la définition commune du processus de ciblage des bénéficiaires dans les communes à risque ;

- Assurer et appuyer la fonctionnalité et l’activité du CONASUR et de ses structures déconcentrées sur le terrain.

 

Partenaires Techniques et Financiers



- Appuyer l’Etat dans les actions de ciblage, de soutien et d’assistance aux populations vulnérables ;


- Planifier les actions de soutien en concertation avec les structures habilitées (SP/CONASUR, DGPER, SE/CNSA).



A moyen terme


Ministère de l’Agriculture et de l’Hydraulique



- Mettre à la disposition des producteurs et à temps les intrants agricoles pour la campagne 2012-2013 ;

- Engager la réhabilitation des barrages hydrauliques endommagés.

Ministère des Ressources Animales

 

- Poursuivre la reconfiguration des zones pastorales (balisage de couloir de transhumance) afin de réduire les conflits dès l’installation de la campagne agropastorale.

 

 

 

titre documents joints