Rapport de la deuxième mission conjointe de suivi et d’évaluation de la campagne agropastorale et de la situation alimentaire et nutritionnelle des ménages, septembre 2012

La campagne agropastorale 2012-2013 a connu un démarrage disparate d’une région à l’autre. A l’instar des années précédentes, l’installation a été timide avec des pluies précoces survenues pendant les mois d’avril et de mai dans les parties Sud, Sud-ouest et Ouest du pays suivant progressivement le gradient Nord-sud.

Ainsi, dans toutes les régions commençant par le Sud-ouest pour atteindre le Sahel en passant par le Centre le démarrage de la campagne agricole a été localement difficile suite à l’irrégularité de la pluviométrie observée dans le temps et dans l’espace.

En effet, des quantités appréciables de pluies ont été observées durant les mois d’avril et de mai présageant ainsi un début précoce de la campagne agricole. Cette impression a permis d’opérer les premiers semis qui ont connu par la suite des séquences sèches prolongées de plus de 14 jours pendant le mois de juin dans plusieurs localités des régions de Boucle du Mouhoun, des Hauts- Bassins, du Centre-Ouest, Centre-Sud et du Centre-Est. Cet épisode sec a été préjudiciable au
bon développement des cultures mises en place dans ces localités occasionnant des ressemis sur la majeure partie de ces régions. C’est pendant la première décade de juillet que la campagne s’est véritablement installée sur l’ensemble du pays grâce à la bonne pluviométrie observée pendant cette période notamment dans la régularité et la répartition dans l’espace. La physionomie de la campagne agricole à cette période était satisfaisante et moyenne sur l’ensemble du pays avec les quantités et la qualité de pluie reçues pendant les deux décades du mois de juillet 2012. Des pluies exceptionnelles journalières, des cas d’inondations et des vents violents ont été aussi signalés par endroit mais sans dégâts majeurs.
Les hypothèses formulées pour les mois de juillet, août et septembre indiquent une situation alimentaire encore plus difficile pour de nombreux ménages avec une réduction considérable du nombre et de la quantité des repas journaliers.
Toutefois le maintien de la régularité des pluies devrait favoriser une tendance à la baisse des prix des denrées alimentaires. Les interventions en cours dans le domaine de la nutrition dans les régions (réhabilitation et prévention) devraient contribuer à réduire les taux de prévalence de la malnutrition aigue. La situation alimentaire du bétail devrait également connaître une nette amélioration avec le développement des pâturages naturels. Dans un tel contexte, l’évolution de la campagne agricole demeure un facteur déterminant du comportement futur des acteurs du marché et partant de la situation alimentaire des ménages. Au regard de ces premiers résultats de la campagne agricole 2012/2013, une veille informationnelle et des mesures adéquates sont indispensables pour parer à d’éventuelles catastrophes météorologiques qui pourraient survenir.

Le suivi qualitatif de la campagne agropastorale à travers les différents systèmes d’informations concernées est aussi déterminant pour détecter de façon précoce, les anomalies pouvant compromettre le bon déroulement de la campagne.
La présente mission conjointe de suivi de la campagne agropastorale et de la situation alimentaire et nutritionnelle courante s’inscrit dans ce cadre. Son objectif global est d’apprécier l’état d’évolution de la campagne agricole, d’évaluer la situation alimentaire et nutritionnelle courante des ménages et en dégager les perspectives. Elle est conjointement mise en oeuvre par l’ensemble des structures membres du dispositif national de prévention, d’alerte et de gestion des crises alimentaires : DGPER, DGM, DGRE SP/CONASUR, SP/PAM, SP/CONACILSS,
DGPSE, DGPV, SE/CNSA, SONAGESS, IGAE, DN, FAO, PAM, FEWS NET, ACF, INERA et Croix Rouge Burkinabè. Elle a été réalisée du 02 au 08 septembre par six équipes pluridisciplinaires, réparties sur six axes couvrant l’ensemble du pays.
Le présent rapport issu de l’analyse par les différentes structures du dispositif met l’accent sur :
o La situation pluviométrique et hydrologique
o L’état des cultures et les opérations culturales
o La situation alimentaire et nutritionnelle des ménages
o La situation alimentaire et sanitaire du bétail
o Les perspectives et recommandations.

titre documents joints