SIAMAP : Le Burkina Faso et la Tunisie célèbrent leur amitié

Pays invité d’honneur à la 14e édition du SIAMAP, organisée du 24 au 29 septembre 2019 à Tunis, par l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP), le Burkina Faso a eu droit à une journée dédiée, le jeudi 26 septembre 2019. Elle a pris l’allure d’une célébration de l’amitié entre Ouagadougou et Tunis, avec l’agriculture comme leitmotiv, à la faveur du forum de la coopération tuniso-burkinabè.

A l’ouverture officielle de la journée du Burkina Faso au SIAMAP, le président de l’UTAP, Abdelmajid EZZAR a situé l’enjeu de la tenue de la biennale de l’agriculture africaine et méditerranéenne visant à sensibiliser et à accroître la prise de conscience du monde sur la place de l’agriculture et de la pêche dans le développement socio-économique équilibré et la réalisation de la sécurité alimentaire, fondements « de la souveraineté nationale ». « Ce forum est une opportunité pour le partenariat entre nos deux pays et nos entreprises dans le secteur agricole », a soutenu M. EZZAR. A sa suite, le ministre tunisien de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, Samir TAIEB, a indiqué que la Tunisie, premier pays maghrébin à signer un accord de libre-échange avec l’Union européenne, bénéficie d’un contexte juridique favorable aux investissements. De son avis, le pays se présente comme un partenaire potentiel du Burkina Faso dans plusieurs aspects tels que le développement des filières agricoles, la protection phytosanitaire des végétaux, la formation agricole, etc. Le leader du monde rural tunisien a dit sa foi en la réalisation d’investissements gagnants-gagnants entre les deux pays.

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles du Burkina Faso, Salifou OUEDRAOGO, a relevé que le SIAMAP offre l’occasion de découvrir les innovations opérées dans les maillons de la production agricole, de la transformation et de la distribution des produits. « Le Burkina Faso regorge d’énormes potentialités agricoles, pastorales, piscicoles et de grandes opportunités d’affaires dans divers secteurs », a dit le ministre Salifou OUEDRAOGO. Le patron de l’agriculture burkinabè a énuméré l’important potentiel en eaux de surface et souterraines de son pays, respectivement estimées à 10 milliards de m3 et à 302 milliards de m3 dont 12,4 milliards de m3 renouvelables annuellement, sa superficie de terres à potentialités agricoles évaluée à 9 millions d’hectares dont seulement 1/3 (soit 3,5 millions ha) annuellement exploité et son potentiel des terres irrigables estimé à environ 233.500 ha dont 26.758 ha aménagés.

Les deux parties ont poursuivi les échanges sous forme de panels. Se prononçant sur le développement des investissements et des échanges commerciaux bilatéraux, le représentant de l’Agence de promotion des exportations du Burkina Faso (APEX), Simon ZEMODO a fait observer la convergence de vision sur les échanges entre les deux pays, manifestée par la suppression de visas d’entrée sur les deux territoires, la régularité de la liaison aérienne, etc.

La paneliste Angélique KABORE, émissaire de l’Agence burkinabè des investissements (ABI), a mis en exergue les facilités de création d’entreprises au Burkina Faso, le droit à la propriété foncière et les avantages fiscaux divers reconnus aux nouvelles sociétés, notamment dans le domaine agro-sylvo-pastoral.

A cette tribune, la secrétaire générale adjointe de l’Association Koom pour l’autopromotion des femmes du Burkina Faso, Hamsétou Madeleine OUEDRAOGO, a présenté les caractéristiques de l’agriculture burkinabè et le rôle fondamental de la femme dans la chaîne de valeur agricole.

Du côté tunisien, les communicateurs ont défendu un capital technologique et un savoir-faire avéré dans le domaine de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Plusieurs stagiaires burkinabè bénéficient d’une formation de pointe dans les centres de formation tunisiens en matière agro-sylvo-pastorale.

Outre les échanges sur les opportunités de développement agricole, la journée du Burkina Faso a servi d’une plateforme de promotion de mets nationaux fortement appréciés par les participants. Le tô doré accompagné de sauce feuille, le riz au soumbala, le gnoncon de fonio, le zamné, le jus de pain de singe, entre autres, ont régalé les visiteurs.

L’artiste Amity Meria et ses musiciens avaient déjà conquis le public du Centre d’exposition Le Kram de Tunis après trois jours de prestation. Ce 26 septembre, c’était la symbiose entre la Diva et les mélomanes venus de toutes parts.